Quels sont les métiers les plus demandés au Sénégal ?

Le choix de demander un métier plutôt qu’un autre dépend de plusieurs facteurs qui peuvent être objectifs ou subjectifs. Parmi les éléments subjectifs, il y a le métier qu’on rêve de faire, la passion qu’on a pour un domaine précis, pour une raison ou une autre. Toutefois, le métier rêvé n’est pas tout le temps celui qu’on peut obtenir au regard de ses compétences et de la disponibilité sur le marché. Par exemple, ce n’est pas qu’on rêve d’être médecin, pilote ou militaire qu’on passe son temps à en faire la demande alors qu’on n’a ni le diplôme ni les connaissances. De ce fait, il y a toujours un arbitrage entre les éléments objectifs et subjectifs pour le choix d’un métier car chacun connaît ses compétences et ses opportunités au-delà de ses rêves.

Toutefois, cela n’enlève en rien l’encouragement de faire tout son possible pour réaliser ses rêves. Cette décision doit être prise au moment du choix de la formation et du cursus. Ainsi les résultats que nous avons sur les métiers les plus demandés au Sénégal sont le fruit de constats mais qui ne signifie pas nécessairement que ce sont les métiers les plus aimés des sénégalais. La conjoncture et la disponibilité sur le marché sont des éléments déterminants.

1. Marketing et communication

A défaut d’un secteur industriel performant, l’économie du Sénégal est basée sur les services ce qui  explique la ruée vers le marketing et la communication.

Centre d’appels : Le travail dans un centre d’appel est considéré comme un travail à temps partiel dans les pays développés. Au Sénégal, c’est un travail à temps plein que pratiquent beaucoup de jeunes, bien qu’il y ait beaucoup d’étudiants qui le font à temps partiel. La plupart des centres d’appels à Dakar et dans certaines grandes villes font de la sous-traitance. En effet, il s’agit de structures qui travaillent en collaboration avec les opérateurs de téléphonie mobile en guise de service après-vente. Cependant, la majorité des centres d’appels font de l’émission d’appel pour des prises de rendez-vous ou des ventes pour le compte d’entreprises étrangères. Ce sont des entreprises offshore dont la plupart œuvrent pour des sociétés françaises ou canadiennes. La raison est que les salaires sont assez faibles par rapport aux coûts des mêmes services dans ces pays.

Marketing de réseau : Le marketing de réseau perd du terrain à cause des nombreuses arnaques et une certaine désillusion en la matière. Néanmoins, il fait toujours partie des métiers les plus demandés. De plus en plus, c’est la vente en ligne qui prend sa place.

Vente en ligne : Il existe deux types de vente en ligne, la vente propre ou la vente pour le compte d’une autre personne. Dans tous les cas, la vente en ligne est un secteur qui est de plus en plus le refuge de beaucoup de sénégalais. Certaines personnes le font à temps partiels en le combinant avec d’autres emplois. D’autres le font à temps plein dans le cadre d’une boutique de e-commerce en tant que community manager ou pour compte propre.

2. Développeur

Le bond en avant des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la dématérialisation du commerce et de la communication, ont poussé beaucoup de jeunes à investir les métiers du numérique. Ainsi, le développement web fait partie des matières en vogue qui connaissent une grande affluence tant au niveau de l’offre que de la demande. En effet, vous avez besoin d’un développeur pour créer un site ou un blog de même que pour effecteur certaines mises à jour. Aujourd’hui, il existe beaucoup de centres de formation qui délivrent des formations à ce niveau. Les développeurs deviennent de plus en plus nombreux et constituent une partie non négligeable des demandeurs d’emploi.

Dans le même registre que les développeurs, les infographistes sont les résultats du développement du numérique. Si les développeurs sont les maçons du numérique, les infographistes en sont les décorateurs.

3. Secrétaire / Assistant

Dans ce domaine, on peut inclure les opérateurs de saisie et les assistants de direction. La plupart des entreprises encouragent la candidature féminine pour une question d’image. C’est ce qui explique leur forte présence dans le métier de secrétariat. Il existe des formations pour ce métier qui est indispensable dans presque tous les domaines. De l’assistant juridique à l’assistant administratif en passant par l’assistant comptable ou le secrétaire d’une direction, ce métier assure la coordination d’un service.

Il est nommé agent administratif dans les services pédagogiques des écoles et universités et opérateur de saisie dans certaines agences immobilières. Au Sénégal, c’est un professionnel polyvalent qui est parfois le seul employé d’une petite entreprise ou cabinet. Ainsi, il devra jouer le rôle de réceptionniste, d’organisation du planning, entre autres tâches.

4. Animateur d’émissions

La jeunesse est une période où on a envie d’être célèbre. Parfois, il s’agit plus d’une volonté d’avoir des opportunités professionnelles que d’une simple célébrité. C’est pourquoi le monde de l’audiovisuel est très investi ces dernières années au Sénégal. Cette tendance est exacerbée par l’avènement des réseaux sociaux qui engendre une certaine démocratisation du secteur. C’est le même constat qu’on peut faire à l’égard de la mode qui devient de plus en plus une porte de sortie.

Avec le libéralisme et l’avènement des canaux digitaux, il est facile d’avoir un support médiatique et de faire valoir des concepts d’émission. La plupart de ces émissions portent sur le buzz, l’actualité et le people. Ainsi, être animateur d’émission est un moyen rapide pour se faire connaître et faire une carrière dans le monde de l’audiovisuel.

Parfois, il s’agit d’un moyen de faire développer une autre activité qu’on fait parallèlement. Par exemple, il y a beaucoup de mannequins qui se convertissent en acteurs de cinéma, ensuite en animateurs télé. Enfin, ils deviennent des entrepreneurs une fois qu’ils ont acquis une certaine notoriété. C’est ce qui explique en partie la forte demande qu’il y a autour de ce métier.

5. Métiers de l’hôtellerie et la restauration

Le domaine de l’hôtellerie et de la restauration fait partie des plus fournis aussi bien en demande qu’en offre. La raison est qu’il existe beaucoup d’hôtels et de restaurants à Dakar et la formation ne prend pas beaucoup de temps. Le hic est que la plupart n’accordent pas de contrats en bonne et due forme mais des stages interminables ou des contrats informels. On y trouve des serveurs, des commis de cuisine, des réceptionnistes, etc.

6. Coaching

Métier en vogue, le coaching est de plus en plus développé dans le paysage de l’emploi sénégalais. Il peut s’agir du coaching en développement personnel ou du coaching sportif. De plus en plus de professionnels se nomment coach dans des domaines différents. Ainsi, les coachs en développement personnel grignotent la surface des psychologues et psychiatres alors que les coachs sportifs grignotent celle des moniteurs. C’est un phénomène mondial qui ne se limite pas qu’au Sénégal et qui explique la forte demande dans le secteur.

7. Services à la personne

Les services à la personne font partie des métiers les plus demandés au Sénégal parce que généralement la formation ne prend pas beaucoup de temps. D’ailleurs, beaucoup de sénégalais ont été formés par leur premiers employeurs. Cela ouvre ce domaine à tous ceux qui n’ont pas de qualification spécifique et tous ceux qui sont frappés par le chômage, malgré leurs diplômes. Pour ces derniers, ce métier est plus un refuge temporaire en attendant de trouver un travail en adéquation avec leur formation académique.

Ménage : Au Sénégal, le ménage est un travail que presque toutes les femmes font naturellement chez elles. Ainsi, c’est un travail qui ne nécessite pas une formation spécifique. Ainsi, il existe certaines structures qui font des formations de mise à niveau et de perfectionnement mais rien de très compliqué. Généralement, ce sont juste des règles de courtoisie, de bienséance et de savoir être spécifique au lieu de travail, qui sont inculquées au prétendant en guise de professionnalisation.

Le ménage fait partie des métiers les plus demandés non seulement parce qu’il ne demande pas une formation spécifique au Sénégal mais également parce que l’offre est importante. En effet, si traditionnellement ce fut les filles et femmes du monde rural qui venaient à Dakar et dans les grandes villes pour trouver du travail de ménage, avec la politique de scolarisation des filles, ce phénomène tend à disparaître. Par conséquent, les filles intègrent de plus en plus le milieu professionnel n’ayant plus le temps de faire le ménage elles-mêmes et ont besoin d’une autre pour le faire. La seconde conséquence est que ce sont de plus en plus de femmes diplômées en chômage qui se retournent sur le métier de ménage.

Cuisine : La cuisine est comme le ménage au Sénégal. Toutefois, maîtriser la cuisine est plus compliqué que le ménage. Il y a des employeurs qui préfèrent la cuisine européenne, d’autres la cuisine sénégalaise, d’autres encore veulent un cuisinier qui a des notions en pâtisserie. En effet, s’il s’agit de la cuisine sénégalaise, la plupart des demandeurs d’emploi ont déjà les bases. Toutefois, la cuisine a un domaine large avec beaucoup de spécialités ce qui fait qu’elle requiert une certaine formation. Ainsi, dans le programme de beaucoup de municipalités, la cuisine et la pâtisserie font partie des formations offertes aux populations locales. Il s’inscrit dans le cadre de l’emploi des jeunes et intègre d’autres formations telles que l’informatique et l’infographie.

Nounou : Les mêmes raisons qui ont poussé les femmes qui travaillent à chercher de l’aide sur les tâches ménagères justifient la demande du service de garde des enfants. En effet, le congé de maternité ne durent que quelques mois, une femme qui travaille a nécessairement besoin d’une nounou pour assurer la garde de son nourrisson. Toutefois, c’est un travail qui est plus sélectif que la cuisine et le ménage car il y va de la sécurité de l’enfant. Généralement ce sont des aides soignant au chômage, des femmes formées dans des garderies qui peuvent être recrutés, bien que l’appréciation dépende exclusivement de la mère.

Boy : Il y a toujours eu des boys au Sénégal, mais la nouvelle donne est qu’il ne s’agit plus d’analphabètes mais de diplômés en chômage. Toutefois, dans la plupart des cas, ce sont des hommes qui fournissent un travail ponctuel mais ne restent pas au service d’une seule personne. Cela veut dire que le boy peut accorder une heure de ménage à un bureau trois fois par semaine. D’autres heures sont accordées à d’autres bureaux ou maisons. La rémunération et les charges deviennent moins importantes pour les clients et les revenus plus importants pour le prestataire.

Chauffeur : A Dakar, il y a plus d’un million de voitures et tous les propriétaires ne savent pas ou ne veulent pas conduire. Il s’y ajoute tous les problèmes liés aux embouteillages et au transport qui font que le métier de chauffeur est en vogue. Le milieu du transport se diversifie de plus en plus avec le covoiturage, les plateformes de transport urbain et interurbain, les services de livraison. Ce dernier a connu une ascension fulgurante ces dernières années notamment à cause de la Covid-19 et des facilités qu’il procure aux populations. Entre subir les embouteillages, payer le prix du transport et se faire livrer à un prix plus bas que celui du taxi, le choix est vite fait. C’est pourquoi il y a  de plus en plus de livreurs et de demandeurs d’emploi dans ce domaine.

Il faut noter que les métiers les plus demandés au Sénégal ne sont pas statiques. Il y a régulièrement des métiers qui régressent en termes de demandes et d’autres qui font irruption ou un bond en avant. Beaucoup d’éléments conjoncturels influent dans ce processus.

Rédaction CV Emploi Dakar

Recevez les meilleures opportunités par mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer votre expérience et optimiser nos services.